Hué (du vietnamien Huế) est l’ancienne capitale impériale du Viêt Nam (1802-1945). Elle est située au centre du pays, juste au sud du fameux 17e parallèle, non loin de la mer. Le fleuve Sông Hương (rivière des Parfums) la traverse et sépare la vieille ville au nord de la cité moderne au sud. Hué est aujourd’hui la capitale de la province de Thừa Thiên et vit essentiellement de la pêche et du tourisme. Sa population est d’environ 340 000 habitants. Elle est desservie par l’aéroport international de Phú Bài et la gare de Hué. Le fait qu’elle a été capitale impériale du Viêt Nam (appelé à l’époque par les occidentaux empire d’Annam), donne un caractère particulier à Hué à laquelle la culture aristocratique des mandarins, la finesse de la poésie de ses lettrés et l’agilité intellectuelle de ses habitants confèrent tout son charme[non neutre]. Histoire Capitale des Nguyễn, les seigneurs du Sud, au XVIe siècle, Hué devient la capitale du Viêt Nam tout entier après sa réunification par Gia Long en 1802. La Cité impériale de Hué se bâtit tout au long du XIXe siècle. Devenue la résidence impériale et le siège de la cour, Hué acquiert un grand prestige et un grand raffinement qui se traduisent notamment dans la musique et dans la gastronomie. La cité interdite est entièrement détruite en 1885 par les Français qui massacrent, incendient et pillent la ville. Les palais, archives et bibliothèques furent réduits en cendres1. Puis en 1947 par le Viêt Minh [pas clair]. À l’époque de l’Indochine française, Hué est la capitale du Protectorat d’Annam, une des cinq subdivisions du territoire. La monarchie est maintenue, mais passe sous tutelle. Les Français encouragent alors le développement architectural de la ville, gardant à Hué son statut de ville impériale jusqu’en 1945, date de l’abdication de l’empereur Bảo Đại. Bataille de Huế Le 29 janvier 1968 dans le cadre de l’offensive du Têt, les Nord-Vietnamiens attaquèrent la ville. Après avoir massacré plus de deux mille cinq cents habitants de ceux considérés comme l’« élite », ils tentèrent un assaut sur le camp retranché qui échoua. Les Américains quant à eux bombardèrent la Cité impériale. Les forces de l’armée populaire vietnamienne ne reprendront la ville que le 25 mars 1975 lors de l’offensive de Tay Nguyen contre l’armée sudiste de Thiệu.

Hué (du vietnamien Huế) est l’ancienne capitale impériale du Viêt Nam (1802-1945). Elle est située au centre du pays, juste au sud du fameux 17e parallèle, non loin de la mer. Le fleuve Sông Hương (rivière des Parfums) la traverse et sépare la vieille ville au nord de la cité moderne au sud.

Hué est aujourd’hui la capitale de la province de Thừa Thiên et vit essentiellement de la pêche et du tourisme. Sa population est d’environ 340 000 habitants. Elle est desservie par l’aéroport international de Phú Bài et la gare de Hué.

Le fait qu’elle a été capitale impériale du Viêt Nam (appelé à l’époque par les occidentaux empire d’Annam), donne un caractère particulier à Hué à laquelle la culture aristocratique des mandarins, la finesse de la poésie de ses lettrés et l’agilité intellectuelle de ses habitants confèrent tout son charme[non neutre].

Histoire

Capitale des Nguyễn, les seigneurs du Sud, au XVIe siècle, Hué devient la capitale du Viêt Nam tout entier après sa réunification par Gia Long en 1802. La Cité impériale de Hué se bâtit tout au long du XIXe siècle. Devenue la résidence impériale et le siège de la cour, Hué acquiert un grand prestige et un grand raffinement qui se traduisent notamment dans la musique et dans la gastronomie. La cité interdite est entièrement détruite en 1885 par les Français qui massacrent, incendient et pillent la ville. Les palais, archives et bibliothèques furent réduits en cendres1. Puis en 1947 par le Viêt Minh [pas clair].

À l’époque de l’Indochine française, Hué est la capitale du Protectorat d’Annam, une des cinq subdivisions du territoire. La monarchie est maintenue, mais passe sous tutelle. Les Français encouragent alors le développement architectural de la ville, gardant à Hué son statut de ville impériale jusqu’en 1945, date de l’abdication de l’empereur Bảo Đại.

Bataille de Huế

Le 29 janvier 1968 dans le cadre de l’offensive du Têt, les Nord-Vietnamiens attaquèrent la ville. Après avoir massacré plus de deux mille cinq cents habitants de ceux considérés comme l’« élite », ils tentèrent un assaut sur le camp retranché qui échoua. Les Américains quant à eux bombardèrent la Cité impériale.

Les forces de l’armée populaire vietnamienne ne reprendront la ville que le 25 mars 1975 lors de l’offensive de Tay Nguyen contre l’armée sudiste de Thiệu.